Sophie Davant "frappée par la maladie" ? L'animatrice, énervée, pousse un coup de gueule

Une couverture choc avec un titre racoleur. "Le cancer avait déjà emporté sa mère... Sophie Davant frappée par la maladie !" La Une du magazine Ici Paris, du 20 novembre, avec une photo où l'on voit l'animatrice d'Affaire conclue, l'air triste et perdu, a déclenché une vague d'inquiétude auprès de ses nombreux fans et de ses proches. Serait-elle atteinte d'une grave maladie ? Sophie Davant, très agacée, a choisi de répondre à sa manière. Elle a posté une vidéo sur son compte Instagram dans laquelle elle manifeste sa colère. L'animatrice de 56 ans s'est filmée, un soir, à Paris, pour rétablir la vérité. "Je tenais à vous dire que je suis en pleine forme contrairement aux médisances d'une certaine presse que je déteste et qui se permet de faire des Unes avec moi en disant n'importe quoi, qui prétendrait que je suis malade" explique-t-elle.

Sophie Davant, traumatisée par le décès de sa mère des suites d'un cancer du sein à l'âge de 44 ans, ne peut supporter la plaisanterie sur un sujet aussi grave : "Ça m'est insupportable. D'autant plus que je sais ce qu'est la maladie, que j'ai été touchée de près, j'ai vu des proches partir, et ça m'est insupportable qu'on raconte n'importe quoi sur ce sujet en particulier." Comme pour annuler le mauvais sort, l'animatrice de La Lettre, nouvelle émission de France 2 qui a bouleversé Marc Lavoine, se tourne vers le sapin à côté d'elle : "Je touche du bois, je vais bien. Je ne voudrais pas que vous croyez ces sottises, ces calomnies". La maman de Valentine et de Nicolas a également ajouté une légende à sa vidéo : "Je n'en peux plus de la presse à scandales qui raconte n'importe quoi ! [...] Mais je tenais à démentir : je ne suis pas malade ! Cette Une est odieuse !"

⋙ Sophie Davant évoque les rumeurs de mésentente avec Faustine Bollaert et Daphné Bürki : "On a trois personnalités différentes"

De nombreux messages de soutien et de soulagement sont venus s'aligner sur le mur de commentaires. Venant d'anonymes mais également de la part des

(...) Cliquez ici pour voir la suite