Sophie Davant : jalousie, rivalités, “gens surfaits”... Elle tacle ses collègues de la télé

Sophie Davant profite de son confinement. Pour faire du sport, lire, avancer dans son travail et même s’offrir une “expérience spirituelle.” Réfugiée dans sa maison en Normandie, sans ses enfants restés avec son ex-mari Pierre Sled, elle saisit cette occasion pour “vider [son] disque dur et le réinitialiser.” Dans une interview accordée à nos confrères de Gala, en kiosque jeudi 7 mai 2020, l’animatrice d’Affaire conclue dévoile en détails son quotidien pendant la crise du coronavirus. “En fait, je ne vois pas les journées passer”, avoue Sophie Davant. “Je fais une demi-heure de sport le matin et puis, le premier mois à la maison, j'ai pas mal travaillé sur mon projet de livre pour Albin Michel. C'est le premier ouvrage que je rédige entièrement seule. J'y passe six heures par jour en écoutant de la musique classique. Mon éditrice a profité de ce temps particulier pour me mettre le pied à l'étrier. Le sujet est encore secret.”

"Je n'ai pas tellement d'amis dans les métiers de la télé"

Dans son petit cocon, Sophie Davant semble apprécier d’être éloignée du monde de la télévision. Elle évoque notamment ses inimitiés envers certains de ses collègues et autres confrères. La quasi-totalité de ses amis sont ainsi étrangers à cet univers. “Au fil du temps j'ai appris à me protéger”, explique-t-elle. “Je renifle les gens avant de leur faire confiance. On passe tous par l'expérience de l'amitié toxique ou intéressée. C'est une sorte d'apprentissage. Il faut savoir s'en débarrasser. Aujourd'hui, jen'ai gardé autour de moi que des amis de longue date, d'enfance. Et sinon, j'aime beaucoup l'écrivaine Katherine Pancol qui est une sorte de référence pour moi. Elle me suit, m'engueule parfois. Je corresponds aussi beaucoup avec la psychologue Marie de Hennezel. Elle fait partie de mes amies sentinelles qui ont un rapport assez maternel avec moi. Et ma coiffeuse et ma maquilleuse sont devenues mes confidentes.” Et d'ajouter, très cash : “Pour le reste, je n'ai pas tellement d'amis dans

(...) Cliquez ici pour voir la suite