Sortir : une nuit avec Léonie Pernet

·2 min de lecture

La multi-instrumentaliste, chanteuse et productrice nous entraîne dans un Paris qui, comme sa musique, mixe les influences. 

Elle est partout ! En plus du « Cirque de consolation » (InFine), son deuxième album post-pop électro, elle a aussi composé la B.O. de « H24 », la série manifeste d'Arte.

Son bar

« Le cliché du musicien qui se couche tard et picole est éculé, je ne bois pas d'alcool. Quand je dois composer, travailler sur une bande originale de film, il faut que je sois en forme le lendemain. Mais j'aime beaucoup Combat, où mon amie Margot Lecarpentier est devenue une référence en mixologie. Récemment, elle a ouvert, toujours à Belleville, Capitale, dans un esprit plus coffee shop. » 63, rue de Belleville et 10, rue Pradier, 19e. 

Son club  

« Aménagé dans une ancienne gare, ce lieu se vit aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur. C'est un vrai bonheur de s'y retrouver pour un concert ou une performance. Plus ça va et moins je supporte les petites salles où l'on est enfermé. C'est peut-être l'effet Covid… » La Station-Gare des Mines, 29, avenue de la Porte-d'Aubervilliers, 18e.

Son resto

« Je suis végétarienne et j'adore la junk food vegan. Si, si, c'est vrai ! Dans cette cantine germano-turque, le pain est tout frais, les sauces sont délicieuses, les frites sont saupoudrées d'épices et d'herbes… » Gemüse Berliner Kebap, 61, rue Ramey, 18e.

Sa terrasse

« Ce petit bar-resto argentin est mon QG. Il y a de la bonne musique sud-américaine, les empanadas et les desserts sont top… C'est hyper convivial, et comme c'est à deux pas de mon studio de...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles