Soudan: quatrième jour consécutif de sit-in pacifiques contre la répression

© Mohamed Nureldin Abdallah / Reuters

Au Soudan, quatre jours après la répression sanglante des manifestations du 30 juin, qui a fait 9 morts et plus de 600 blessés, des milliers de personnes se sont rassemblés dimanche 3 juillet lors de quatre sit-in pacifiques à plusieurs endroits de la capitale. Après les comités de résistance, la coalition des forces pour la liberté et le changement appelle également à l'escalade révolutionnaire pour inverser le pouvoir militaire, dénonçant aussi la violence de la répression.

Avec notre correspondant à Khartoum, Eliott Brachet

Dans le quartier populaire d’el-Daeim, toutes les rues sont barricadées. Après la répression sanglante du 30 juin, les militants ont décidé de changer de stratégie :

« À chaque manifestations nos pertes sont énormes : des morts, des blessés… 6 000 personnes ont été blessées en hui mois. Des gens ont été éborgnés, d’autres ont été amputés. D’autres sont morts. Nous avons perdu près de 120 martyrs : c’est énorme. Donc là, on essaye quelque-chose de totalement pacifique. »

L’ambiance est à la fête. Des bénévoles distribuent de l’eau, de la nourriture. Certains viennent de loin, des quartiers nord de la capitale, comme Amana Idriss, 50 ans, toujours en première ligne dans les manifestations :

« Dieu merci, nous avons des jeunes incroyables. Des étudiants, des ingénieurs, des docteurs. C’est toute une la société qu’il y a là devant vous. Qui est-ce que la junte militaire va gouverner lorsqu’elle aura tué tous ces jeunes-là ? Le Soudan est ici dans la rue. Eux ils ne représentent pas le Soudan. »

Le souvenir du 3 juin 2019 est dans toutes les têtes, lorsqu’un sit-in pacifique avait été dispersé dans le sang par des soldats : « Bien sûr qu’il y a de la peur, sans aucun doute. Mais la révolution demande à ce qu’on soit braves. Nous devons faire face à la mort. Comme nos frères tombés en martyrs ont fait face à la mort ».

Quatre sit-in de ce genre ont été improvisés à travers la capitale et le mouvement a déjà commencé à s’étendre dans d’autres villes du pays.

À écouter aussi: Répression des manifestants au Soudan: l’environnement régional «plutôt en faveur des militaires»

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles