Vous souffrez d'infections urinaires à répétition ? Ce vaccin prometteur pourrait changer votre quotidien

Chaiwatt Chankasamsak / EyeEm

Brûlures au moment d'uriner, sensation de poids dans la vessie, impression de ne pas pouvoir se retenir… En France, près de 2 millions de femmes sont sujettes à des épisodes répétés d'infections urinaires, ou "cystites". Dans 90 % des cas, ces infections fort désagréables sont causées par une bactérie présente naturellement dans le tube digestif (la bactérie Escherichia coli), nous informe le site de l'Assurance maladie. Celle-ci pénètre dans l’urètre puis remonte dans la vessie avant de se multiplier, causant une infection.

Bien sûr, des médicaments existent pour soulager les patient·es touchés par ce mal, mais certaines personnes finissent par développer une "antibiorésistance", qui favorise à son tour les récidives. Pour contrer ce cercle vicieux qui peut s'avérer éprouvant tant sur le plan physique que psychologique, des chercheurs de l'université de Duke, en Caroline du Nord, ont mis au point un vaccin prometteur testé sur des souris. La fin du calvaire ?

Les travaux des scientifiques ont été compilés dans une étude, publiée en fin d'année dernière dans la revue Science Advances. Ces derniers expliquent être parvenus à immuniser durablement un groupe de souris contre les infections urinaires grâce à un comprimé sublingual (à placer sous la langue), constitué de "nanofibres peptidiques-polymères" capables de pénétrer la muqueuse buccale. Comme l'explique Futura Sciences, ce mode d'administration est particulièrement astucieux, car il permet aux principes actifs d'atteindre (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Après le bruit blanc et le bruit rose, découvrez le bruit brun pour vous détendre et mieux dormir
Santé mentale : qu’est-ce que le "gaslighting intérieur" et pourquoi faut-il (vraiment) y remédier ?
Comment tourner l’anxiété à votre avantage ?
Qu'est-ce que la glossophobie, cette peur qui nous paralyse en public ?
Si vous présentez ce trait de personnalité, attention au burn-out prévient une étude