"A vos souhaits !", une formule de politesse que l'on doit aux dieux grecs

·1 min de lecture

Stéphane Bern propose chaque jour, dans Historiquement vôtre avec Matthieu Noël, de partir à la découverte de ces expressions que l'on utilise au quotidien sans forcément connaître leur origine. Lundi, l'animateur nous explique l'origine d'une locution que l'on utilise comme un réflexe, "à vos souhaits".

"Atchoum !", "À vos souhaits". L'échange est si banal qu'on se pose rarement la question de son sens. Pourtant, en disant "à vos souhaits", on souhaite bien plus qu'un prompt rétablissement à celui qui vient d'éternuer. Durant l'Antiquité, éternuer était rarement annonciateur de bonnes nouvelles.

>> Retrouvez les émissions de Matthieu Noël et Stéphane Bern en replay et en podcast ici

Pour conjurer le sort et la maladie, on s'en remettait alors aux dieux. On disait "Que Jupiter te conserve". Une version polythéiste qui est ensuite devenue "Que Dieu vous bénisse". Avec cette expression, une croyance a longtemps perduré : on pensait qu'un éternuement était capable s'expulser l'âme du corps. On mettait donc sa main devant sa bouche pour l’en empêcher. Mais aussi pour éviter qu'un démon entre par la même voie.

Dans la Grèce Antique, on pensait aussi que si on éternuait, c'était parce qu'un esprit divin passait non loin. Dire "À vos souhaits" était alors une façon polie de le saluer.

L'éternuement, un symptôme de la peste

Au Moyen-Âge, l'un des premiers symptômes de la peste était de tousser et d'éternuer. Entre 1347 et 1352 c'est 50% de la population européenne qui est décimée...


Lire la suite sur Europe1