Soupçonnés de consulter de la pédopornographie, 48 hommes, dont plusieurs élus, ont été interpelés

Getty

"Un vaste coup de filet". Ce sont les termes largement employés par la presse pour qualifier l’interpellation de quarante-huit hommes dans toute la France, entre la semaine dernière et ce mercredi 16 novembre, soupçonnés d'avoir téléchargé et consulté massivement et régulièrement des images et des vidéos pornographiques mettant en scène des enfants. Certains contenus ont été jugés particulièrement violents. Cette importante opération a été coordonnée par l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) avec l’appui de plusieurs services de police judiciaire locaux, a révélé une source proche du dossier à l’AFP, confirmant une information de Franceinfo.

Selon Le Parisien, ces personnes ont pu être identifiées et arrêtées à l’aide d’un logiciel américain appelé "Child Protection System" (système de protection des enfants, ndlr), qui permet de détecter sur Internet les téléchargements suspects de fichiers pédopornographiques. Les pédocriminels présumés ont tous été placés en garde à vue. Pour certains, les gardes à vue sont déjà terminées, les accusés étant en cours de présentation devant la justice ou convoqués ultérieurement, tandis que, pour d’autres, elles sont toujours en cours, a révélé BFMTV.

Ces quarante-huit personnes sont toutes des hommes âgés de 26 à 79 ans, même si une majorité d’entre eux a la quarantaine, a indiqué Franceinfo. Parmi eux, sept étaient déjà connus pour des délits de même nature et étaient inscrits au fichier des délinquants et criminels (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Célébrer la mort : sommes-nous prêts à casser les codes ?
"Ne laisser personne sur la touche" : elles organisent une contre Coupe du monde de foot mixte et inclusive
Qatar : des gays contraints à traquer d’autres personnes LGBT+ pour éviter la torture
En France, 16 % des femmes en situation de handicap ont déjà été victimes de viol, selon une étude
L’école est-elle classiste ? Ces données de l’Éducation nationale en disent long sur la mixité sociale