Soutenons nos bars et restaurants avec la Bourse Badoit pour la joie

Signature pour Partenaire
·2 min de lecture

Depuis 40 ans, Badoit, marque française iconique, accompagne les restaurateurs. Aujourd’hui, plus que jamais, les femmes et les hommes derrière le comptoir ont besoin de notre soutien et de notre solidarité. C’est pourquoi, cette année, Badoit a choisi de redonner le sourire non pas à un, mais à cinq bars et/ou restaurants qui en ont besoin pour se relever de la crise, et qui ont été remarqués pour leur audace, leur vision de la joie et la convivialité de leur projet. 

Accompagnée par la « Brigade de la joie » – une brigade d’experts rassemblant le grand Chef Pierre Gagnaire, la très pétillante animatrice Daphné Bürki, le Mixologue Matthias Giroud et la consultante en évènements culinaires Anne Etorre –, la marque aux fines bulles renforce son engagement auprès des acteurs de la restauration en lançant la Bourse Badoit pour la joie : un nouveau dispositif plus solidaire et fédérateur. 

Le principe: mettre en avant et soutenir financièrement cinq établissements "créateurs de joie", bars ou restaurants, ayant ouvert en 2019 ou en 2020 et freinés dans leur élan par la crise sanitaire. Les cinq bénéficiaires recevront chacun jusqu'à 20 000 euros, une belle dotation réunie grâce au soutien de tous.

Ainsi, entre le 1er avril et le 15 mai, pour chaque bouteille de Badoit achetée, 1 % du prix de vente sera reversé aux cinq projets bénéficiaires (dans la limite de 100 000 euros HT)*.

Quatre bénéficiaires seront choisis par la brigade d’experts, qui se réunira mi-avril pour étudier les candidatures les plus inspirantes.

Choisissez le cinquième bénéficiaire !

Ce lieu qui vous manque, où vous aimiez vous détendre, vous retrouver, trinquer, rire, vous restaurer en toute convivialité et savourer une joyeuse et pétillante expérience, vous pourrez le défendre en votant pour votre concept favori sur le site badoit.fr à partir du 1er mai.

En attendant, si nous faisions connaissance avec les membres de la Brigade...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr