Soutenue par la génération Z, la seconde main gagne du terrain

©ArtMarie/istock

Une récente étude du BCG et de Vestiaire Collective dévoile l’importante expansion du marché de la seconde main et son impact sur notre façon de nous habiller.

En 2022, le consommateur moyen s’offre 60% de vêtements de plus qu’il y a quinze ans. Une donnée alarmante qui rejoint d’autres statistiques toutes aussi affolantes les unes que les autres. Chaque année, ce sont environ 56 millions de tonnes d’habits qui sont achetés dans le monde. Un chiffre qui devrait passer à 93 millions d’ici à 2030 et à 160 millions d’ici 2050. Et si l’on pouvait penser que le recyclage allégerait ces données effrayantes, ce n’est malheureusement pas le cas. En Europe, ce sont 4 millions de tonnes de vêtements qui sont jetés tous les ans. À l’ère du changement climatique, ces chiffres, de plus en plus connus des consommateurs, ne laissent pas insensibles, notamment les plus jeunes, qui ont grandi avec les problématiques liées à l’environnement.

Lire aussi : Upcycling : Orsola de Castro, une vie entière à rendre les vêtements éternels 

Conscience écologique et prix attractifs

Une étude conjointe menée par le Boston Consulting Group (BCG) et la plateforme de seconde main Vestiaire Collective révèle que la part de la seconde main du marché de la mode et du luxe a triplé depuis 2020. Représentant déjà 3 à 5% de l’ensemble du secteur, le marché de l’occasion pourrait atteindre les 40% dans les années à venir. Autre point important : les consommateurs qui achètent des produits de seconde main déclarent que ces pièces représentent environ un quart de leur garde-robe. Un chiffre qui devrait gagner...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi