Spasmophilie et tétanie : quels sont les symptômes et comment faire la différence ?

La spasmophilie est fréquente. Beaucoup d’hommes et de femmes (peut-être une personne sur 10 en France) en souffrent. Elle est heureusement sans gravité. La tétanie est rare mais ses symptômes sont impressionnants. On parle de crises de tétanie. Le point sur ces deux maladies.

La spasmophilie : fréquente et sans gravité

Elle se manifeste principalement par des contractures et des crampes musculaires diffuses, picotements et/ou tressautements des doigts, lèvres, visage, sensation de perte de connaissance, palpitations, frissons, tremblements, etc. Autant de symptômes, peu spécifiques, inconfortables, éphémères, mais sans conséquences, en dehors d’une inquiétude latente qui peut faciliter l’apparition de nouveaux épisodes…

Le tout survient sur un “terreau“ d’hypersensibilité neuromusculaire et affective, probablement d’origine génétique.

Spasmophilie : quels sont les différentes causes possibles ?Une vulnérabilité au stress : l'autre bonne raison de crise de spasmophilie, c'est le stress. Lors d’une attaque de panique, la respiration devient superficielle, rapide et irrégulière, jusqu’à couper le souffle… On parle d’hyperventilation. Elle produit une rupture de l’équilibre acido-basique : l’augmentation de l’air inspiré entraîne une diminution du gaz carbonique dans le sang, avec pour conséquence une crise de spasmophilie.Une carence en magnésium : le magnésium intervient dans de nombreuses réactions de l’organisme, notamment au niveau des muscles et de la transmission des influx nerveux. La spasmophilie est souvent présentée comme le résultat d’un défaut de cet oligo-élément. Sauf qu’à la prise de sang, la quantité de magnésium est généralement dans les limites de la normale. Peut-être faudrait-il le doser dans les cellules directement ou il est stocké dans sa quasi-totalité (à 98%). Le problème est que le dosage intracellulaire n’est réalisé que dans des laboratoires spécialisés.Spasmophilie : le traitement en cas de crise

Il est indispensable de reprendre le contrôle,

(...) Cliquez ici pour voir la suite