Squirting : de quoi est composé le liquide sécrété par les "femmes fontaines" ? Une étude répond

dannikonov / iStock

L'orgasme féminin, et surtout le squirting, restent encore bien mystérieux. Également appelée "émission fontaine", cette pratique est parfois perçue comme taboue. Elle est pourtant le signe d'un orgasme très intense. Si l'origine du liquide expulsé par les "femmes fontaines" semble connue, sa composition exacte reste assez floue. Des chercheurs japonais se sont donc penchés sur la question, dans nouvelle étude publiée fin août dans l'International Journal of Urology.

Ils ont recruté cinq femmes ayant toutes déjà expérimenté le squirting. Une stimulation sexuelle, qu'elle soit avec ou sans pénétration, a été réalisée, après que leur vessie ait été entièrement vidée. Les scientifiques y ont ensuite injecté un mélange de colorant bleu de synthèse, appelé carmin d'indigo, et de solution saline. L'antigène spécifique de la prostate (PSA) et le taux de glucose ont été mesurés.

Lors de l'orgasme, le liquide sécrété était bleu chez toutes les femmes : cela signifie donc que le fluide expulsé proviendrait bien de la vessie, son "principal composant" étant de l'urine. Or, les chercheurs ont également constaté que le liquide était "positif au PSA" chez quatre participantes. Il peut donc aussi provenir de la prostate féminine, à savoir des glandes de Skene.

Une première étude, réalisée en 2015 et publiée dans The Journal of Sexual Medicine, précisait déjà que le fluide expulsé par les femmes fontaines semblait être composé d'urée, d'acide urique et de créatinine. Alexandra Hubin, sexologue (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite