Stéphane Bern : la syllogomanie, ce TOC étonnant dont il souffre

Stéphane Bern est un passionné d’Histoire comme on en voit peu. Excepté peut-être le jeune Paul des 12 coups de midi, étudiant en Histoire et véritable fan de l’animateur, qui adorerait travailler en duo avec lui. Mais Stéphane Bern est un modèle unique ! Il est surtout une source intarissable d’anecdotes et de commentaires sur le passé et le patrimoine de la France. Si bien qu’il prépare déjà la sortie de son prochain livre, Les records de l’Histoire, prévue pour avril 2020. Si l’épidémie de coronavirus et les restrictions sanitaires qui en découlent risquent bien de retarder la publication de l’ouvrage, Stéphane Bern en assure déjà la promotion. Et cela, moins de deux mois après la sortie de son précédent livre. Le 10 janvier 2020, il avait par ailleurs été invité sur le plateau de Je t’aime etc… pour évoquer le neuvième tome de la série Secrets d’histoire. Le présentateur en a d’ailleurs profité pour se confier sur ce qu’il lui est arrivé de faire dans les chambres des châteaux qu’il visitait…

Stéphane Bern, syllogomane ou collectionneur ?

C’est donc à l’occasion de la future parution de son livre que Stéphane Bern a décidé d’accorder une interview à nos confrères de Paris Match. Dans le magazine en kiosque le jeudi 19 mars 2020, celui dont le prénom signifie “le couronné” en grec s’est confié à propos de ses habitudes. Jusque dans sa vie privée, sa passion pour l’Histoire ne le quitte jamais. Et notamment… dans son logement ! Lorsque la journaliste Méliné Ristiguian lui demande s’il souffre d’un trouble obsessionnel compulsif (TOC), sa réponse est toute trouvée : “Je déteste la vaisselle qui traîne.” Rien de très surprenant, mais cette petite manie cache visiblement autre chose : “Je suis atteint de syllogomanie : je conserve tout et ne jette rien”, a-t-il avoué.

La syllogomanie est en vérité une accumulation pathologique d’objets. En 2013, elle a été inscrite dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. Ce trouble se caractérise par l’accumulation

(...) Cliquez ici pour voir la suite