Stéphane Freiss séparé de sa femme: cette belle boulette de Daphné Bürki

Une bourde, une bévue, une boulette signée Bürki. Appelez ça comme vous voulez. Le nom ne changera rien à l’impair. Ni à l'affaire. Ni à la vie de Stéphane Freiss. On pensait que tout roulait pour sa femme et lui. Qu'entre eux c’était le temps du lilas, des amours toujours. Ben non, on vent d'apprendre par une maladresse de Daphné Bürki qu'on se trompait.

Stéphane Freiss a rencontré celle qui allait devenir sa femme sur le tournage d'un téléfilm à Turin. Cette étudiante en histoire de l'art se prénomme Ursula. Elle a 18 ans quand il en a déjà 32. Mais peu leur importe. Aux âmes bien aimées la valeur n’attend point l’écart des années. Ces-deux-là gravent donc leur nom au bas d’un parchemin en 1996. De leur union naît, leur première fille, Camille trois ans plus tard. Viennent ensuite Ruben, en 1998 et Bianca, en 2007.

Le temps de la séparation

Stéphane Freiss et Ursula avaient beau être fort discrets, on les imaginait filer le parfait amour. Raté. Divine idylle terminée. On sait désormais qu’il faut parler de leurs amours au passé. On l’a appris suite à une maladresse de Daphné Bürki qui avait invité Stéphane Freiss sur le plateau de Je t'aime etc, diffusé sur France 2 ce jeudi 12 mars. La présentatrice pensait que l'épouse du comédien était italienne. Stéphane Freiss a rectifié: non, elle est argentine. Et de préciser qu’elle "n'est plus [sa] femme, d'ailleurs". Mise au point : "ça ne m'a pas fait du bien […] on s'est rencontré, il y avait de la passion. Le problème, c'est quand la passion commence à disparaître".

Circulez, il n’y a plus rien à voir. Pas question de s’épancher, ni de "tout raconter". Mais n’allait pas imaginer le comédien malheureux comme les pierres. Il vit "une période très chouette depuis pas très longtemps". Il a précisé avoir "connu très peu de grandes histoires d'amour". Et à en juger par le sourire qu'il affichait, il pourrait bien en vivre une actuellement.

A lire aussi: ONPC : Stéphane Freiss révèle une incroyable anecdote sur l’époque où Julie Gayet

(...) Cliquez ici pour voir la suite