Pour Stéphane De Groodt, Maïtena Biraben était une «pièce maîtresse» de ses chroniques

"Je ne peux pas fonctionner seul". Après avoir travaillé sur de nombreux ouvrages, pièces de théâtres, films et chroniques, Stéphane De Groodt se rend compte, au micro d'Isabelle Morizet dans Il n'y a qu'une vie dans la vie, de son besoin d'être accompagné par "un complice" sur ses différents projets. Ancien chroniqueur sur l'émission Le Supplément, ce dernier revient sur l'importance de Maïtena Biraben, à l'époque animatrice de l'émission, dans le bon déroulement de ses interventions télévisées.

"Comme le clown blanc et l'auguste"

Interrogé sur un potentiel film "signé Stéphane De Groodt", l'auteur belge annonce un projet en écriture depuis plusieurs années maintenant. Il regrette néanmoins ne pas avoir pu se concentrer "à 200%" sur ce dernier, lâchant "la plume au gré des projets". Travaillant jusque-là seul sur l'écriture de son film, Stéphane De Groodt explique cependant comment rencontrer un coscénariste lui a fait prendre conscience de son besoin de travailler avec "quelqu'un d'autre".

Un besoin qui se manifeste dans son processus d'écriture, mais pas seulement. Il explique : " J'ai besoin d'un complice dans tout. Je ne pourrais pas faire du seul en scène, j'ai besoin d'échanger avec l'autre. C'est comme le clown blanc et l'auguste."

>> À ÉCOUTER - Stéphane De Groodt : "Je suis fidèle au rêve que je nourrissais quand j'avais 20 ans"

Un "mécanisme triangulaire"

Et pourtant, lors de ses chroniques dans l'émission Le Supplément animée par Maïtena Biraben, Stéphane De ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles