Stéphane Plaza, épuisé après “60” tests PCR : “Mon corps n’en peut plus”

·2 min de lecture

Stéphane Plaza serait-il au bout du rouleau ? Mardi 3 novembre 2020, il a en tout cas publié un long message pour exprimer à ses fidèles abonnés sur Instagram toute sa fatigue, sa frustration et sa lassitude en ces temps de crise du coronavirus. En légende d’un montage montrant le lapin des Looney Tunes Bugs Bunny intoxiqué et le chat Grosminet en train d’avaler des médicaments, le tout accompagné d’un résultat de test SARS-Cov 2 par PCR à son nom, l’agent immobilier le plus célèbre de France écrit : “Négatif aujourd’hui ! Plus de nez, plus de bras, plus de chocolat. Entre PCR, prises de sang et tests sérologiques, mon corps n’en peut plus. Je passe à travers les gouttes, mais toujours le même schéma : je tourne, puis cas contact, puis isolement, puis test. Je ne fais que ça et je ne vais pas tenter le diable plus longtemps.” L’animateur phare de M6, grand ami sa consœur Karine Le Marchand, se voit donc contraint de prendre une grande décision… et l’annonce avec humour : “J’en suis donc à une soixantaine de tests”, poursuit-il. “A 50 ans, je décide de faire une croix sur la Rolex et sur les tournages le temps que le pic de l’épidémie passe. Je vais me concentrer sur moi, l’immobilier, et les Grosses Têtes. Bon courage à tous !”

Quelques jours plus tôt, après l’annonce d’un deuxième confinement, Stéphane Plaza avait tenu à pousser un coup de gueule sur les réseaux sociaux à propos du président Emmanuel Macron et plus particulièrement contre les mesures restrictives prises par le gouvernement pour lutter contre la crise de la Covid-19. “Pendant le confinement les enfants continuent de naître, les amoureux de s'unir, les plus âgés de prendre leur retraite, les jeunes de s'installer et les moins amoureux... de divorcer ? Il faudra bien les loger non ? L'immobilier est donc essentiel ! Essentiel pour la vie, essentiel pour l'économie ", avait alors lancé l’animateur avant d’énumérer tout ce qu'il peut et ne peut pas faire pendant ce reconfinement. Toutefois, même si la situation (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite