Stéphane Plaza s'est rasé le crâne... et il s'est "loupé” !

La période du confinement est propice au laisser-aller. Malgré les conseils avisés de Cristina Cordula pour ne pas céder au relâchement, il est plus difficile de prendre soin de soi lorsque l’on est enfermé. Et les stars aussi, privées d’émissions télé et d’apparitions publiques, finissent par adopter une apparence plus détendue. Shy’m est en mode cool et streetwear, un look confinement au top ! Karine Ferri, en jean et baskets, dévoile un look décontracté à copier sans modération. Mais pour certains, l’arrivée du déconfinement est l’occasion de changer de tête. Depuis quelques jours, Meghan Markle arbore cette nouvelle coiffure totalement originale qui la change complètement… Et c’est aussi le cas de Stéphane Plaza. Sur son compte Instagram, le 23 avril 2020, le célèbre agent immobilier a montré son nouveau look à la Charlie Chaplin. Mais l’animateur ne compte pas garder sa moustache et ses cheveux en bataille…

“La tondeuse pour animaux, ce n’est pas fait pour les cheveux”

Et oui, car en attendant la réouverture des coiffeurs à partir du 11 mai, qui devraient par ailleurs augmenter leurs prix, Stéphane Plaza est livré à lui-même. “Capillairement parlant, comme beaucoup d’entre vous, je suis confronté à un problème de taille ... fini le coiffeur !”, racontait-il en légende de son post il y a maintenant deux semaines. Pour lui, une solution s’impose : il faut tout raser. “Alors avec ou sans moustache, je vais finir par y passer ! Plus un poil sur le cailloux, la boule à zéro, le crâne d’œuf, bref, ça passera (ou pas), mais je n’ai plus le choix !”, indiquait l’animateur. Michel Blanc, Gandhi, ou encore Bruce Willis, Stéphane Plaza s’était interrogé sur sa future allure. “Entre le beau gosse, le sage, le disgracieux, le gentil, le drôle ou le méchant... je me demande bien quelle tête je vais avoir. On dit qu’un chauve n’a rien d’autre à faire que de se brosser les dents, j’ai donc gagné une étape le matin... Affaire à suivre !”, avait-il finalement conclu, laissant ses

(...) Cliquez ici pour voir la suite