"Stars à nu" : Nathalie Marquay impressionne les internautes en lingerie très sexy

·2 min de lecture

Nathalie Pernaut a impressionné les internautes. Ancienne Miss France, la compagne de Jean-Pierre Pernaut n’a rien perdu de son année de reine de beauté, bien au contraire… Vendredi 12 février 2021, les téléspectateurs l’ont retrouvée dans Star à nu. Pour sensibiliser au dépistage des cancers du côlon et gynécologiques, la mère de famille a accepté de participer à l’exercice d’effeuillage sur une chorégraphie endiablée signée Chris Marques. Mais avant de la découvrir sur la scène du Lido à Paris, TF1 a dévoilé les coulisses de l’émission.

Aux côtés des anciennes Miss Linda Hardy et Maëva Coucke, de la youtubeuse Lola Dubini, de l’animatrice Anaïs Grangerac et de la danseuse Inès Vandamme, Nathalie Marquay a participé à plusieurs activités et exercices pour dévoiler sa sensualité. Le premier : choisir entre un ensemble de lingerie, une nuisette ou un pyjama pour se dévoiler face à ses camarades. Loin d’avoir froid aux yeux, la mère de famille est apparue en petite tenue rouge qu'elle a sélectionnée "sans hésiter". Un choix qu’elle a expliqué : "C’est ça que j’ai dans mon armoire chez moi… Des deux pièces de couleurs".

Dévoilant une plastique sculptée qui n’a rien à envier aux participantes les plus jeunes, la mère de famille de 53 ans en a profité pour interroger les femmes devant leurs écrans de télé : "Pourquoi se cacher ?" Avant de poursuivre : "Après avoir été Miss France j’avais un corps sublimissime, mais là je m’en fous des transformations parce que j’ai vécu. On est comme on est ! Et ce qui est génial, c’est que je puisse vieillir. Comme à mes 30 ans j’ai eu une leucémie, je ne pensais pas que je serais encore là à 50 ans".

Face à Alessandra Sublet qui lui a fait remarquer que son compagnon "a de la chance", elle a lancé : "On a tous un corps, mais le principal c’est son âme, franchement. C’est l’âme qu’il faut soigner. Qu’on puisse se regarder encore dans un miroir. Donc là, je sais que je suis là pour une bonne cause sinon je ne m’amuserais pas à me mettre comme (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite