Une start-up anglaise crée un tampon capable de détecter les infections vaginales

Sora Shimazaki

Entre les délais aberrants pour obtenir un rendez-vous chez le gynécologue, l’appréhension du dépistage et la peur d’y découvrir une mauvaise nouvelle, prendre soin de sa santé vaginale n’est pas une route dénuée d’anxiété. Pour tenter de pallier ce problème, une start-up londonienne a créé un kit de dépistage sous forme de tampon, utilisable à domicile, rapporte Cosmopolitan UK. La start-up en question, Daye, était déjà installée dans le commerce des protections périodiques. Elle propose notamment des tampons au CBD censés apaiser les douleurs liées aux règles.

Pour le test de dépistage du microbiome vaginal, l’entreprise a ouvert un autre pan de son activité, tout en gardant son corps de métier : les tampons. Elle affirme qu’un tampon permet de collecter un meilleur échantillon que les écouvillons utilisés lors des dépistages classiques. Le tout “dans le confort de votre maison”, avance Daye.

Pour le moment, seul·es les résident·es du Royaume-Uni peuvent recevoir un kit de dépistage de ce type. Il leur faut pour cela débourser 70 £, soit l’équivalent de 80 €, nous informe Terrafemina. Une fois reçu, le tampon, composé de matériaux organiques, s’insère comme ceux que l’on utilise lors des règles. Il est livré avec un applicateur pour une plus grande facilité d’utilisation. Il doit ensuite être envoyé à un laboratoire, qui l’analyse et envoie directement les résultats sur le profil sécurisé des client·es. En cas d’infections détectées, un rendez-vous avec un professionnel de santé (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Prendre les transports en commun tous les jours nuit gravement à votre santé mentale selon une étude
Dépression prénatale : comment la détecter ?
Dire des gros mots nous rendrait plus forts et plus persuasifs selon une étude
Endométriose : une enquête alerte sur les dangers des thérapies alternatives
Les femmes atteintes d’Alzheimer sont diagnostiquées plus tardivement (et c’est encore à cause du sexisme)