Un statut pour les enfants et proches de victimes de féminicides : signez la pétition !

·1 min de lecture

L'Union nationale des Familles de Féminicides lance une pétition, soutenue par Simone et Femme actuelle pour que les pouvoirs publics créent un statut de victimes de féminicides.

Quand l'incompréhension s'ajoute au drame. Les femmes victimes de féminicides - 47 ont déjà perdu la vie depuis le début de l'année - laissent derrière elles des enfants, des parents, des frères et soeurs effondrés, dévastés, anéantis. A la seconde où leur vie bascule, le désarroi est total. Que deviennent ces proches, confrontés à l'horreur? Quel soutien psychologique, logistique ou financier leur est-il accordé? Hélas, aucun ou si peu. C'est ce que dénonce l'Union nationale des Familles de féminicides. Cette association, constituée d'hommes et de femmes qui ont perdu une proche, assassinée par son conjoint, ex ou compagnon, veulent alerter les pouvoirs publics, et la société tout entière, sur cette aberration.

Les membres de l'association viennent de lancer une pétition, à signer ici, pour sensibiliser l'opinion et placer l'Etat face à ses responsabilités. Car, non, rien n'est prévu, de manière automatique et encadrée, pour venir en aide aux familles désemparées. "Aujourd’hui nous nous adressons à vous, Monsieur Adrien Taquet, secrétaire d'État en charge de l'enfance et des familles, parce qu’après avoir vécu l’impensable, nous nous retrouvons seuls avec notre souffrance, sans aucune aide matérielle de l’État, ni prise en charge psychologique." 

L'union réclame ainsi une prise en charge spécifique - comme en bénéficient les victimes d'attentats - où des psychologues, médecins, spécialistes divers pourraient accompagner les proches. Annonce du décès, nettoyage des scènes de crime, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles