Stellantis menacé par une grève aux Etats-Unis, “des bénéfices record méritent des contrats record”, selon UAW

Shawn Fain, président du syndicat United Auto Workers (UAW) depuis cinq mois seulement, a préparé le terrain pour un éventuel mouvement social en cas d'absence d'accord à l'échéance du 14 septembre. "Des bénéfices record méritent des contrats record", a lancé M. Fain lors d'un meeting dimanche dans le Michigan (nord). "Nous les obtiendrons par tous les moyens nécessaires", même si l'intention à ce stade n'est pas de faire grève, a-t-il affirmé face à des employés des grands constructeurs de Détroit (General Motors, Ford, Stellantis).

Les syndicats du pays profitent actuellement d'un marché du travail tendu avec un taux de chômage de seulement 3,5% en juillet. Un double mouvement de grève paralyse Hollywood depuis mai (scénaristes et acteurs). Le transporteur UPS y a échappé de peu, au prix d'une convention collective "historique" selon l'intransigeant syndicat des Teamsters. Un arrêt de travail chez les trois constructeurs concernerait environ 150.000 employés et pourrait avoir des conséquences économiques importantes sur leurs sous-traitants et sur les services afférents. Le président américain Joe Biden garde un oeil sur ces négociations et l'a fait savoir mi-août en plaidant pour un accord "gagnant-gagnant" et "équitable" renforçant les droits des travailleurs pendant la transition vers les véhicules électriques.

L'UAW doit annoncer vendredi matin le résultat d'une consultation de ses membres concernant la possibilité de faire grève en cas de désaccord persistant avec les constructeurs. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite