Streaming, jeux vidéos en ligne, lisseuse… : comment réduire l'empreinte écologique de nos pratiques culturelles digitales ?

Istock/Robert Daly

À l’occasion de la relance de la campagne de sensibilisation sur le numérique responsable lancée par le Ministère de la Transition Écologique et de la Cohésion des Territoires, l’ADEME a présenté ce jeudi 17 novembre 2022 son étude. Celle-ci a permis d'évaluer "l’impact environnemental de la digitalisation des services culturels". Le développement du numérique a transformé l’accès des Français à la culture, il faut donc envisager une nouvelle façon d'utiliser ces biens numériques tout en préservant la planète.

Découvrez tous les bons réflexes à adopter pour le bien-être de la planète !

Selon l'ADEME, l’impact environnemental d’un bien culturel (qu’il soit digital ou physique) dépend en réalité de l’intensité d’usage que vous en faites. Si vous écoutez de la musique par le biais d'un CD, celui-ci aura un impact environnemental plus important comparé aux formats numériques car le cycle de vie du CD a un impact plus considérable. Néanmoins, cet impact diminue si sa durée de vie est importante car vous pourrez le prêter, le donner ou le vendre.

Lorsque vous lisez un livre, celui-ci a un faible impact environnemental. Néanmoins, si vous lisez plus de 10 livres par an et dans l'hypothèse où ces livres ne seront pas réutilisés, il est préférable d'utiliser une liseuse numérique. Celle-ci ne devient écologiquement plus raisonnable qu’au-delà de 20 lectures par an.

L’ADEME révèle que les nouveaux équipements mis en vente sur le marché nécessitent pour leur fabrication une large variété (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite