Street style : les New-Yorkaises prennent le large

Charlotte Arnaud

Le pantalon façon Blanc du Nil n'est plus interdit aux abords des podiums, et gagne ses jalons mode associé à une paire de bottines. (New York, septembre 2019.)

/ Imaxtree

Alors que se succèdent les défilés printemps-été 2020 sur les podiums new-yorkais, la mode vit aussi ses beaux jours dans les rues de Manhattan... Où les invitées des shows ne manquent pas d'inventivité. Leur dernière idée ? Miser unaniment sur l'extra-large. Une astuce qui séduit tant par son style que par son confort.

À quand remonte la dernière fois où l'on s'est glissée de bon cœur dans un jean slim ? Comme en témoignent les abords des défilés new-yorkais en ce début de mois de septembre, les filles de la mode semblent pour leur part avoir définitivement tourné la page. Leur marotte en ce début septembre ? Prendre le large, sans pour autant laisser dériver leur sens des bonnes tournures.

En l'occurrence, les New-Yorkaises se fient à un précepte : laisser tomber l'adage éculé selon lequel lorsque l'on porte de l'oversize en bas, le haut devrait être près du corps, et vice versa. Empruntant à la mode japonaise comme aux minimalistes scandinaves, les filles qui courent les défilés osent le sur taillage de pied en cap. Des silhouettes maximales où le vêtement décuple son potentiel en occupant l'espace.

Street Style : les New-Yorkaises prennent le large

C'est bien souvent le pantalon que l'on repère dans ces silhouettes volumineuses. On est loin du baggy originel, celui des prisonniers américains, récupéré la mouvance hip hop dans les années 1980. Le vêtement est ici travaillé dans sa sophistication, et toujours bien harnaché à la taille - on salue d'ailleurs l'idée de la ceinture extra-large. Coupé dans une toile beige sable, il nous parachute illico dans le registre militaire dont la mode raffole. On l'aime aussi en version colorée, sur une combinaison jaune soleil, ou bien en noir et blanc, jouant la carte graphique des imprimés.

En vidéo, retour sur la soirée Ralph Lauren

Mais la pièce phare de ce tic stylistique qui libère (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Copenhague est-elle devenue la capitale cool de la mode ?
Street style : à Paris, les invités de la couture étaient en blanc
Dix looks en quatre jours : Céline Dion est une Fashion Week à elle toute seule
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro Madame