Le string fait son come-back féministe (et on vous explique pourquoi)

"Vulgos", démodé, criard, le string n'a jamais vraiment eu bonne presse. Tout du moins fut-il érigé en grande tendance mode par les jeunes générations du début des années 2000, alors que stars de télé-réalité, vedettes pop sulfureuses et autres bimbos des écrans l'arboraient fièrement. C'était l'époque (pas tant regrettée) des shows MTV, de l'ascension de Paris Hilton et Nicole Ritchie, des magazines comme Maxim, des clips R&B.

De fait, ce léger bout de ficelle tant décrié - pour son inconfort notamment - semblait pour de bon enterré. Mais non. Aujourd'hui, le string fait son grand retour. Reines de l'industrie musicale, mannequins et actrices iconiques le remettent au goût du jour sur leurs réseaux sociaux et au fil des tapis rouges. Et plus qu'un come-back fleurant bon la nostalgie, c'est paré de valeurs féministes que l'oripeau revient en force. Oui oui.

Décryptage.

Le retour décalé de "l'ultra-sexy"

Impossible de passer à côté ces trois dernières années. Photos de défilés, publications Instagram et autres shooting de stars : le string semble être partout depuis 2019. Dua Lipa, Kim Kardashian, Megan Fox, Cardi B., Bella Hadid, Hailey Bieber, Rihanna.. Nombreuses sont les superstars à l'avoir affiché.

Nouvelles icônes générationnelles comme vedettes revenues sur le devant de la scène partagent cette curieuse passion pour ce vêtement très léger et pas forcément confortable qui, pour plusieurs raisons, ne jouit pas de la meilleure...

Lire la suite


À lire aussi

L'amour est une révolution féministe (et Victoire Tuaillon nous explique pourquoi)
Policière, sexuelle, raciale : Françoise Vergès explique sa "théorie féministe de la violence"
C'est quoi un féminisme (vraiment) révolutionnaire ? Irene nous explique

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles