Stupeur en Ecosse : le palais d'Elizabeth II tagué d'un graffiti « pédophile »

·1 min de lecture

Cette semaine, la Toile a été particulièrement choqué par des tags sur une des résidences de la reine Elizabeth II dénonçant la pédophilie du prince Andrew.

Les ennuis continuent pour le prince Andrew. Deux ans après avoir annoncé qu'il se retirait de ses engagements publics, le fils préféré de la reine Elizabeth II est désormais poursuivi pour viol par une Américaine dénommée Virginia Giuffre.

« Maison de pédophile »

Esclave sexuelle du milliardaire Jeffrey Epstein, elle dit avoir été contrainte d'avoir des rapports sexuels avec le prince Andrew à trois reprises, entre 2001 et 2002. Une affaire retentissante, portée devant les tribunaux new-yorkais, et qui pourrait bien entacher la monarchie britannique.

C'est pourquoi il a été décidé le 14 janvier dernier que le duc d'York devait rendre ses patronages, et ses titres militaires à la reine. Un geste d'apaisement qui n'a pas calmé tout le monde. En effet, à Édimbourg, en Ecosse, on a retrouvé le dimanche suivant des tags d'une violence inouïe, sur le mur du palais de Holyroodhouse, résidence écossaise officielle de la reine.

Avec une bombe de blanc, l'auteur a écrit au spray : « Maison de pédophile » (paedo home en anglais) et « Brûle ordure de conservateur ». De quoi sérieusement inquiéter les autorités sur place.

Après une vague de partages de photos sur la Toile, d'internautes choqués, une enquête a été ouverte sur ces graffitis.

Dans un communiqué, un porte parole a expliqué rechercher une personne qui se trouvait proche du mur entre 16 heures le samedi 15 janvier et 8 heures le dimanche 16 janvier...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles