En Suède, les abandons d'animaux sont interdits

Un pays précurseur

La Suède possède une longue tradition de défense des animaux. Créée en 1882, l'organisation Djurens Ratt (équivalent de la SPA française) avait pour objectif d'améliorer le traitement des animaux de laboratoire. Un siècle plus tard, en1988, la notion de « bien-être animal » est inscrite dans la loi pour l’ensemble des animaux (de ferme, de compagnie, sauvages en captivité). Les propriétaires sont notamment tenus d’assurer que leurs bêtes sont en bonne santé.

Une loi contre les chats errants

L'interdiction récente des abandons vise notamment à mettre fin aux chats errants, près de 100 000 dans le pays. En plus de propager des maladies, ils perturbent l’écosystème en s’attaquant aux oiseaux et aux reptiles. Désormais, les propriétaires qui ne veulent plus de leur animal doivent trouver à qui le confier, ou le mettre en pension, mais ne peuvent plus l'abandonner en refuge. Un moyen de les responsabiliser et de rappeler que l’adoption d’un animal ne doit pas se faire à la légère.

Des sanctions renforcées

D'après la loi de 2019 qui modernise le texte de 1988, les propriétaires qui relâcheraient leur animal dans la nature encourent jusqu'à deux ans de prison. Les chiens étant inscrits obligatoirement dans un registre national, il est facile de retrouver leur maître. Réclamée par les associations de défense des animaux, l’inscription obligatoire des chats devrait été votée dans une prochaine loi.

Et en France ?

Chaque année, en moyenne, 100 000 animaux de compagnie sont abandonnés, dont 60 000 pendant la seule période estivale, selon 30 Millions d’Amis. L’été dernier, une proposition de loi a été déposée par 240 parlementaires de tous bords politiques, demandant à « renforcer les outils de répression » contre ce fléau. Une requête qui semble avoir été entendue : le 9 janvier dernier, le gouvernement a confié au député LREM Loïc Dombreval une mission sur le bien-être des animaux de compagnie. Après consultations des experts de la condition animale, des associations,

(...) Cliquez ici pour voir la suite