Succession : 4 bonnes raisons de la refuser

Si la succession est clairement déficitaire, refusez-la en déposant le formulaire Cerfa n° 15828*04 au tribunal judiciaire du domicile du défunt (moyennant 150 à 200 €, le notaire peut le faire). Vos enfants doivent vous imiter, sinon le cadeau empoisonné leur échoit automatiquement. Le défunt avait un patrimoine douillet mais des dettes (un redressement fiscal est en cours, le patrimoine comporte une société en liquidation, etc.) pourraient surgir.

Acceptez "à hauteur de l’actif net" (formulaire Cerfa n° 15455*03). Vous ne serez redevable d’une éventuelle ardoise qu’à hauteur de votre part d’héritage et pas sur votre patrimoine, mais la solution oblige à déposer au tribunal un inventaire sous deux mois.

Vous êtes bien installée dans la vie, mais vos enfants, eux, auraient besoin d’un coup de pouce ? Vous avez la possibilité de passer votre tour afin que l’héritage leur revienne. Si le défunt était l’un de vos parents, ils bénéficieront de votre abattement fiscal de 100.000 €, divisé en parts égales. Attention, vous ne pouvez pas renoncer partiellement afin de conserver un bien auquel vous tenez !

Refuser une succession n’empêche pas de toucher une assurance-vie souscrite par le défunt. Mais jetez d’abord un œil au contrat : si votre nom y est inscrit, vous pourrez percevoir le capital, mais si la clause bénéficiaire désigne simplement les "héritiers", cette somme vous passera sous le nez si vous renoncez à l’héritage !

Vous pouvez refuser la succession. Sachez toutefois que vous (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles