Succession : qui hérite si vous n'avez pas d'enfant ?

·1 min de lecture

Si vous êtes sans descendance, mieux vaut préparer votre transmission pour gâter qui vous voulez et atténuer le matraquage fiscal. Le point avec Me Elodie Frémont, notaire à Paris.

Qui hérite ?

Si vous n'avez rien prévu, c'est le Code civil qui s'applique au moment de l'ouverture de votre succession. Que prévoit-il ? Vos biens se répartissent entre vos plus proches parents avec un ordre de priorité strictement établi. Si vous étiez marié, votre conjoint a toutefois le droit à la moitié de votre succession au minimum. Et si vous ne l'étiez pas ? S'ils sont toujours en vie, votre père et votre mère se partageront chacun un quart de votre patrimoine et vos frères et sœurs ou leurs enfants (2e ordre) la moitié restante. Vous n'avez plus ni parents, ni fratrie ? Vos biens reviennent alors à vos autres ascendants : grands-parents et arrière-grands-parents (3e ordre). S'ils ne sont plus de ce monde, ce sont vos collatéraux qui héritent : vos cousins, oncles, tantes, grands-oncles, grands-tantes et cousins germains (4e ordre).

Que pouvez-vous prévoir ?

Pour avantager les personnes de votre choix, vous devez rédiger un testament. La formule vous permet, par exemple, de léguer toute votre fortune à votre conjoint plutôt qu'à votre famille. Vous pouvez aussi dire à qui reviendront vos bijoux, votre voiture ou votre appartement. Ou encore assortir votre générosité d'obligations – on parle de « legs avec charges » – si, par exemple, vous souhaitez comme Karl Lagerfeld que votre chien ou votre chat soit bichonné jusqu'à la fin de ses jours. A vous alors de fixer vos conditions et de désigner une personne de...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles