Suicide d’Océane, 21 ans, droguée et violée par un camarade : ses parents dénoncent l’inaction de la justice

@collages_feministes_besancon

“Je suis morte depuis le 10 février et vous n’auriez rien pu faire pour moi”. Tels ont été les mots d’adieu qu’Océane a adressés à sa famille en juin, avant d'ingérer une forte dose de médicaments. Océane Bourdin, 21 ans, étudiante en œnologie à Beaune, s’est suicidée après des mois de descente aux enfers : la jeune fille aurait été droguée et violée à plusieurs reprises par un de ses amis, après avoir refusé ses avances, et n’aurait pas supporté ce traumatisme ainsi que l’impunité qui se profilait pour son agresseur.

C’est sur le compte Instagram du collectif Nous Toutes de Besançon que le père d’Océane, Yvan Bourdin, a pour la première fois raconté l’histoire de sa fille : il y décrit les viols dont elle aurait été victime, et la descente aux enfers qui s’en est suivie, entre tentatives de suicide et séjours aux urgences psychiatriques : “Elle nous a raconté tout de suite et elle est revenue vivre chez nous à Valdahon. On l’encourageait à porter plainte, mais elle était tombée en dépression, elle a vu des psychologues, elle se shootait aux médocs, elle a été internée trois semaines. Elle avait même fait deux premières tentatives de suicide. Elle qui était si joyeuse, si battante, si généreuse, on l’a vue s’écrouler… C’était devenu une épave” confie Yvan à l’Est Républicain.

Océane Bourdin avait finalement réussi à trouver le courage d’aller porter plainte, quatre mois après les faits. Mais loin de la libérer, cette démarche l’aurait fait replonger plus que jamais dans une profonde (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Lois anti-IVG : trois médecins polonais accusés d'homicide involontaire après la mort d'une jeune femme
Jennifer Lawrence confie avoir vécu deux arrêts naturels de grossesse traumatisants avant d’avoir son fils
Du porno ultra-réaliste généré par intelligence artificielle : pourquoi cela devrait nous inquiéter
Transphobie : non, un prof n'a pas été envoyé en prison parce qu'il a mégenré un élève
Violences conjugales : le gouvernement veut mettre en place un "pack nouveau départ" pour les victimes