Suicide : l'entreprise doit davantage s'investir dans la prévention

Terrafemina

Alors que selon un récent rapport du Conseil économique, social et environnemental (Cese), 400 suicides en France seraient directement liés au travail, l'OMS rappelle que la prévention relève aussi de la responsabilité des entreprises.

Suicide : l'entreprise doit davantage s'investir dans la prévention
Suicide : l'entreprise doit davantage s'investir dans la prévention


En cette journée de prévention du suicide, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) rappelle que prévenir les suicides sur les lieux de travail tient aussi de la responsabilité des entreprises. En effet, une mauvaise organisation du travail, des consignes contradictoires ou une absence de dialogue social peuvent être causes de suicides. On se souvient notamment de la trentaine de décès qu’avait entraîné entre 2008 et 2009 la réorganisation à marche forcée de l’entreprise France Télécom. L’ancien patron, Didier Lombard, avait en effet été contraint de quitter l’entreprise, puis avait été mis en examen pour harcèlement moral en juillet dernier. Plus récemment, les suicides de deux cadres à La Poste ont poussé la direction à demander un rapport sur les conditions de travail, qui devrait être rendu public mardi 11 septembre.

En France, on estime que sur les 10 000 suicides par an, 400 sont directement liés au travail. Et la responsabilité de l’entreprise peut être engagée, même si, admet Xavier Alas Luquetas, dirigeant du cabinet de prévention des risques psychosociaux Eleas, la plus grande difficulté est « de repérer les gens qui vont mal ». Il faut donc, par la mise en place de formation spécifique, apprendre à repérer les changements d’attitudes : « Quelqu'un qui arrive toujours en avance et se met à arriver en retard, ou quelqu'un qui parle peu alors que ce n'est pas le cas d'habitude, peut être un indice. »

Enfin, « la direction doit reconnaître la gravité de ce qui s'est passé », et non le minimiser, ce qui reviendrait à le nier. Afin de mieux recenser et prévenir ces actes, les signataires de l'appel « pour la création d'un observatoire des suicides » ont de nouveau insisté sur « l'urgence » (...)

Lire la suite de l'article sur terrafemina.com

Suicide chez Renault : la « faute inexcusable » reconnue
Facebook détecte les risques de suicide
Suicide des enfants : « On peut les prévenir dès la naissance »

La nouvelle Ceramica, montre icône de Rado

Dans les années 80, Rado fut le premier horloger de l’histoire à utiliser la céramique. Une folie pour l’époque dont l’histoire continue avec la présentation de nouvelles montres Ceramica dessinées en collaboration avec le designer industriel Konstantin Grcic. Nouvelle interprétation de la célèbre montre Rado Ceramica, icône minimaliste à la forme linéaire qui se renouvelle donc aujourd’hui grâce à la plume du designer industriel Konstantin Grcic. Mondialement connu, il a dessiné en effet des meubles, luminaires, accessoires et articles de maison pour de grandes marques. Bon nombre de ses créations ont été récompensées par de prestigieux prix internationaux. Toujours en céramique haute technologie, les Ceramica de Konstantin Grcic conservent la forme rectangulaire d’origine et présentent un boîtier monobloc aux bords légèrement incurvés et un bracelet intégré. A lire aussi : Le noir, nouveau chic de l'horlogerie Parmi les onze références inédites, deux modèles pour hommes sont lancés en version céramique mate noire. A quartz, éditées toutes les deux en séries limitées à 710 exemplaires, elles se diffèrent au travers du cadran noir. Au choix, deux typographies distinctes… «  Je voulais des cadrans audacieux et clairs. Je me suis inspiré des montres de pilotes que j’apprécie particulièrement pour leur simplicité et leur graphisme soigné ». Retrouvez plus de montres sur le compte Instagram de Hervé Borne Lire la suite sur ParisMatch.com

Retraites : racheter des trimestres à bon escient

Chômage, longues études... Les carrières professionnelles sont de moins en moins linéaires. D'où un impact sur les pensions. Il est possible d'y remédier. Avis d'expert, Valérie Batigne.* Paris Match. A quoi sert un rachat de trimestres? Valérie Batigne.  Il permet d'augmenter vos droits, en particulier si vous n'avez pas validé assez de trimestres pour bénéficier d'une retraite à taux plein. C'est un moyen de diminuer ou d'effacer la décote, une minoration définitive de votre pension liée à un déficit de trimestres par rapport au nombre requis pour votre génération. Qui peut racheter des trimestres? Les personnes âgées de 20 à 67 ans, à condition d'y être éligible. Si vous avez connu une année blanche, sans aucune rémunération, vous n'avez pas le droit de racheter les trimestres manquants correspondants. Vous pouvez procéder à un rachat au titre d'années incomplètes ou bien racheter vos années d'études supérieures. Attention, le nombre de trimestres rachetables est limité à 12, soit trois années en tout." Plus vous disposez de points Agirc, plus le rachat est intéressant" A quel prix? Il existe un barème général (hors tarifs spécifiques) qui dépend de trois paramètres: votre âge au moment du rachat, les revenus professionnels des trois années précédant votre demande, et enfin l'option de rachat que vous choisissez. Dans un cas, votre rachat augmente le taux de calcul de votre retraite. Dans l'autre, il joue sur le taux et le nombre de trimestres pris en compte pour déterminer le montant de votre retraite. La première option est la moins onéreuse et souvent la plus bénéfique. Si vous êtes âgé de 60 ans et que vos revenus d'activité sont supérieurs à 38616 Euros, un trimestre vous coûtera cette année 4367 Euros si vous optez pour le taux uniquement et 6472 Euros si vous choisissez l'autre option.  A lire aussi : Retraites, qui sera concerné par la... Lire la suite sur ParisMatch.com