Suicide de Lucas : la mère de l'adolescent et le parquet général se pourvoient en cassation suite à la relaxe de ses agresseurs

La décision du tribunal avait été un affront pour la mère du jeune Lucas, qui s'est suicidé samedi 7 janvier 2023 dans les Vosges. Victime de harcèlement scolaire à caractère homophobe, l'adolescent de 13 ans avait laissé un mot dans lequel il mentionnait l'envie de mettre fin à ses jours. Quatre jeunes avaient par la suite été mis en cause par la justice dans cette affaire et jugés pour "harcèlement ayant entraîné le suicide". Le quatuor composé de deux garçons et deux filles, tous âgés de 14 ans, comparaissait devant la cour d'appel de Nancy. À l'issue de ce procès en appel, lundi 6 novembre 2023, ils avaient été relaxés. Cette mise hors de cause a entraîné le rejet de la demande de dommages et intérêts de la famille de Lucas. Pour rappel, ils avaient été reconnus coupables de harcèlement en première instance, mais le tribunal n'avait pas retenu que le suicide du jeune garçon était une conséquence directe des agissements des adolescents. Une semaine après, lundi 13 novembre 2023, le parquet général de Nancy et la mère de Lucas ont annoncé conjointement se pourvoir en cassation après cette décision, comme l'a rapporté l'AFP. "Le parquet général a formé un pourvoi en cassation", a sobrement déclaré une porte-parole du parquet général de la Cour d'appel de Nancy.

Me Catherine Faivre, l'avocate de la famille de Lucas assure que cette décision de la Cour d'appel a été vécue comme "un choc", pour les proches du garçon. Ce verdict s'oppose diamétralement à celui prononcé le 5 juin 2023 (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite