Suicide de Nicolas, victime de harcèlement scolaire: Bardella réclame "des résultats"

Ne pas laisser la main au gouvernement. Relativement discret sur la question du harcèlement scolaire, Jordan Bardella hausse le ton après le suicide d'un adolescent à Poissy début septembre, victime de harcèlement scolaire et la réaction du rectorat quelques mois plus tôt après que la famille l'avait alerté.

"Ce que vit la famille de Nicolas à Poissy est un drame terrible, et la réaction du rectorat a été indigne", écrit sur X (anciennement Twitter) le patron du mouvement du Rassemblement national ce lundi.

Tous les recteurs convoqués par Gabriel Attal

Avant de lancer: "La délétère politique du 'pas de vague' a causé trop de drames. La lutte contre le harcèlement scolaire est une cause nationale, qui appelle des actes et des résultats".

Gabriel Attal convoque ce lundi tous les recteurs du pays pour lancer un audit sur toutes les situations de harcèlement scolaire qui leur ont été remontées ces dernières années.

"Le courrier de la honte" du rectorat aux parents

Ce rendez-vous fait suite aux révélations par BFMTV du "courrier de la honte", selon les termes du ministre de l'Éducation, cette lettre qu'avait envoyée en mai le rectorat de Versailles aux parents de Nicolas et qui répondait à une demnde d'actions face au harcèlement que subissait le jeune homme de 15 ans.

Face à des faits de harcèlement scolaire répétés, sa famille avait contacté le proviseur de son établissement. À la suite de ce signalement, le rectorat leur avait notamment demandé "d'adopter une attitude constructive et respectueuse", évoquant un "supposé harcèlement" et laissant planer le risque de poursuites pour dénonciation calomnieuse.

De quoi mettre sérieusement le gouvernement dans l'embarras, lui qui a fait de ces derniers mois de la lutte contre le harcèlement scolaire une priorité, rappelée à nouveau par Gabriel Attal lors de son arrivée à l'Éducation nationale fin juillet.

Le RN veut suspendre les allocations familiales pour les parents d'élèves harceleurs

Plusieurs drames ont marqué les esprits ces derniers mois, du suicide de Lindsay dans le Pas-de-Calais ou à celui de Lucas dans les Vosges, tous deux âgés de 13 ans, tous deux harcelés par des camarades au collège.

Les députés RN ont demandé en mai dernier la suspension temporaire des allocations familiales pour la famille d'un harceleur scolaire récidiviste condamné. Pour l'instant, quatre élèves ont été condamnés en juin pour délit de harcèlement scolaire, créé par la loi en 2022. Ils ont depuis fait appel.

Pendant la campagne présidentielle, Marine Le Pen avait appelé sur BFMTV à "des sanctions" inscrites dans les "règlements intérieurs" des établissements scolaires.

Article original publié sur BFMTV.com