Suicide de la petite Dinah : l’enquête classée sans suite, les proches de la fillette crient leur douleur

BFMTV

Dans la nuit du 4 au 5 octobre 2021, Dinah, 14 ans, s'est donné la mort. La jeune fille qui était en classe de seconde s'est pendue, à son domicile, de Kingersheim dans le Haut-Rhin. Immédiatement, sa maman, Samira, a indiqué que l'adolescente était victime de harcèlement scolaire depuis de nombreuses années. Après des mois d'enquête et de nombreux témoignages des proches de Dinah, la procureure de la République de Mulhouse, Edwige Roux-Morizot, a annoncé, vendredi 30 septembre 2022, que l'enquête était classée sans suite. Personne ne sera donc poursuivi. Lors d'une conférence de presse, Edwige Roux-Morizot a indiqué : "Pour le parquet, la mort de Dinah n’est pas consécutive à un harcèlement scolaire." Et d'ajouter que Dinah était une "jeune fille brillante, absolument pas isolée. C'était une personnalité complexe, avec un déséquilibre psychique".

Après cette nouvelle, la maman et le frère de Dinah accusent le coup. Ils sont atterrés, comme ils l'expliquent le samedi 1er octobre à nos confrères de BFMTV. Samira, la maman de Dinah, raconte, avec émotion : "D'écouter ce qu'elle [La procureure, ndlr.] dit sur ma fille, ça nous a choqués". Samira se sent insultée par "les termes qu'elle emploie pour décrire le caractère de [s]a fille". Même sentiment pour Ryan le frère de Dinah. Face caméra, il confie sa peine et décrit le harcèlement dont était victime sa petite sœur. "Ça allait des insultes dans les classes, dans les couloirs, à la bousculer dans la cour, à la suivre dans la cour (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite