Superordinateur : le cantique du quantique

·2 min de lecture

Le processeur chinois Jiu Zhang a réalisé en trois minutes une opération qui prendrait à leur meilleur calculateur 2,5 milliards d'années pour obtenir le même résultat.

Paris Match. Le plan annoncé par Emmanuel Macron est-il à la hauteur des enjeux stratégiques que représente la technologie quantique ?
Charles Beigbeder. La France est un pays colbertiste. C’est bien que l’Etat ait un plan sur un sujet aussi stratégique. C’est un message fort qu’envoie le président à toutes les communautés scientifiques et entrepreneuriales. Si l’on compare avec l’investissement de l’Allemagne (2 milliards), la France est au niveau. Et à l’échelle européenne, on doit être à 10 milliards d’investisse- ments, ce qui est comparable à l’effort fourni par la Chine et les Etats-Unis avec les Gafam, entre autres.

L’essentiel de cet investissement, 800 millions d’euros, ira vers la recherche sur l’ordinateur quantique. C’est le Graal, mais des physiciens disent que c’est terriblement complexe, voire impossible. Est-il raisonnable d’y consacrer autant ?
Christophe Jurczak. En France, on se focalise sur “l’ordinateur quantique universel”, capable de fonctionner dans tous les domaines. Or, les recherches s’orientent davantage, dans un premier temps, vers un système quantique“possible”pour différents usages. La maîtrise du système s’améliorant, on ira de plus en plus loin. Jusqu’à l’ordinateur quantique, peut-être. Mais la machine parfaite à 1 million de qubits, ce sera peut-être dans dix, quinze ou vingt ans... Les performances et l’utilité de cette technologie actuelle sont réelles, et résolvent déjà, ou bientôt, des problèmes d’optimisation ou de physique importants pour la communauté.

"

Les capteurs quantiques, pour l'imagerie cérébrale, permettront de rester 10 secondes dans une IRM plutôt que 10 minutes

"

Pouvez-vous nous donner un exemple concret de ce que la technologie(...)


Lire la suite sur Paris Match