Publicité

Suppression de vols intérieurs courts : "Nous sommes les premiers à le faire", se félicite E. Macron

À l'instar du président français, plusieurs ministres français se sont empressés de se féliciter en affirmant être à l'avant-garde d'une politique ambitieuse en matière de changement climatique.

Mais ce jeudi 25 mai 2023, cinq vols ont décollé de l'aéroport Paris Charles de Gaulle à destination de Lyon, alors qu'il existe des trains toutes les heures pour le même trajet, et que le voyage ne dure que deux heures.

Comment cela est-il encore possible alors qu'une interdiction a été mise en place ?Car il existe de nombreuses exceptions à la règle.

Exceptions

Par exemple, bien que situé en région Île-de-France, l'aéroport Charles de Gaulle à Paris, se trouve sur la commune de Roissy , à une vingtaine de kilomètres de la capitale française. Ainsi, même si le train Paris-Bordeaux met moins de deux heures et demie, la liaison entre Bordeaux et l'aéroport Charles de Gaulle prend un peu plus que cela en train, les vols intérieurs n'ont donc pas été interdits sur cette liaison.

Autre exception, si la fréquence des trains n'est pas assez élevée tôt le matin ou tard le soir, les vols intérieurs ne sont pas supprimés. C'est ce qui s'est passé pour la liaison Lyon-aéroport Roissy Charles de Gaulle, même si le trajet ne dure que deux heures.

Actuellement, l'interdiction ne concerne que trois liaisons :

*Paris Orly vers Bordeaux

*Paris Orly vers Lyon

*Paris Orly vers Nantes

Les militants et les organisations de défense du climat ont critiqué le gouvernement français, affirmant que cette interdiction n'était qu'une vaste opération de communication.

Et ils n'ont pas tort, car cette règle ne concerne que 5 000 vols par an sur les près de 200 000 vols intérieurs qu'enregistre la France chaque année ; soit 2,5 % de vols interdits.

Émissions de CO2

Selon la Direction générale de l'aviation civile, cette interdiction ne permettra de réduire les émissions de CO2 que de 55 000 tonnes annuellement, soit 2,6 % des émissions totales des vols métropolitains en France par an.

Par ailleurs, deux de ces lignes, celle reliant Paris Orly à Bordeaux et celle reliant Paris Orly à Lyon, avaient déjà été fermées par Air France en 2020, suite à un ralentissement économique dû à la pandémie.

Cette nouvelle loi n'a donc pas pour effet d'immobiliser davantage d'avions.

L'interdiction s'appliquera pendant au moins trois ans. Le gouvernement français examinera alors son impact avant de prendre de nouvelles mesures.