Surmenage, manque d’énergie : mon programme anti-stress sur-mesure

60 000 pensées nous traversent en moyenne chaque jour, et ont une influence directe sur notre état physique et mental. Charge mentale, angoisses liées au confinement, informations anxiogènes, fake news, relations conflictuelles, événement traumatique, manque d'activité physique, peur des maladies… De nombreux facteurs peuvent être à l’origine du stress. Mais s’il est considéré comme « le mal du siècle », et qu’il peut entraîner des troubles du sommeil, de la fatigue, des douleurs chroniques et autres problèmes de santé, ce n’est pas une fatalité. Des solutions existent, à commencer du côté des médecines douces, qui peuvent être une aide précieuse pour apprendre à gérer ses émotions.

Profil 1 : Je rumine beaucoup

Ressasser le passé, angoisser en pensant au futur, se focaliser sur les pensées négatives, pour finalement ne jamais vraiment être dans l’instant présent. À force, vous vous épuisez, les douleurs chroniques apparaissent, la fatigue se fait ressentir.

La solution : la sophrologieLe but est de lâcher le mental, de faire un travail de recentrage sur le corps, et d’apprendre à revenir dans l’instant présent, ici et maintenant.

Le bon exo : la pause des 5 sensConfortablement assise, adoptez une respiration plus ample et plus basse, au niveau du ventre. Doublez le temps d’expiration, et imaginez éloigner les pensées parasites avec le souffle. Les yeux ouverts, arrêtez-vous quelques instants pour observer vos sensations.Sentez les points d’appui. Interrogez-vous : qu’est-ce que je vois avec mes yeux ?, qu’est-ce que j’entends avec mes oreilles ?, qu’est-ce que je sens avec mon nez ?, quel goût je sens dans ma bouche ?, qu’est-ce qui est en contact avec ma peau ? Prenez le temps de répondre à ces interrogations, d’observer ce qui se passe, ici et maintenant.

Les bienfaits : après avoir fait redescendre le rythme cardiaque, on lâche le mental, on met de côté les pensées parasites, on revient à l’instant présent, en sollicitant nos cinq sens. À expérimenter dès que l’on en

(...) Cliquez ici pour voir la suite