Syndrome du bébé secoué : le nombre de cas a explosé en 2021 en région parisienne

© Konstantin Aksenov/iStock

Selon une étude menée par l’hôpital Necker et dévoilée par « Le Parisien », le nombre de bébés secoués en région parisienne pendant la pandémie a doublé, et la mortalité a été multipliée par neuf.

Loin d’être des faits isolés, les cas de bébés secoués ont explosé durant la pandémie de Covid-19, en particulier en Île-de-France.

C’est ce que révèle une nouvelle étude publiée mardi 30 août dans la revue scientifique « Journal of the American Medical Association » (Jama), et menée par l’hôpital à Necker (AP-HP), qui pointe la forte augmentation de ces cas de syndromes de bébés secoués en région parisienne : 32 enregistrés en 2021 contre 17 l’année précédente et 50 entre 2017 et 2019.

« Non seulement il y a eu plus de cas, mais ils étaient plus graves », souligne le professeur Gilles Orliaguet, chef de l’anesthésie-réanimation cité par « Le Parisien ». Parmi les 32 petites victimes recensées l’an dernier, neuf sont décédées.

Lire aussi >> Syndrome du bébé secoué : Axel, 7 ans, « vit avec 20 % de son cerveau initial »

Qu’est-ce que le syndrome du bébé secoué ?

Cela survient lorsqu’on secoue violemment un bébé ou un jeune enfant. Le responsable est le plus souvent la personne qui a alors la charge du bébé et qui est exaspérée par ses pleurs. Toutefois, précise au « Parisien » la Dre Anne Laurent-Vannier, ancienne cheffe du pôle de rééducation de l’enfant aux hôpitaux de Saint-Maurice (Val-de-Marne) et spécialiste du syndrome du bébé secoué, les mères sont rarement les autrices de ce geste dramatique. Au sein du foyer, ce sont les pères qui sont majoritairement...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi