Syndrome du canal carpien : quelles solutions ?

Le canal carpien se situe sur la partie intérieure du poignet. Il forme un petit tunnel où passent des tendons et le nerf médian, qui assure la sensibilité du pouce, de l’index et du majeur, ainsi que l’innervation motrice de certains muscles du pouce. Mais, quand le nerf est continuellement sous pression, en raison notamment de mauvaises postures répétées du poignet, de maladies rhumatismales (polyarthrite rhumatoïde), d’un diabète ou d’une hypothyroïdie, cela entraîne une inflammation, qui se traduit par un gonflement des tissus qui l’entourent. Fréquent chez les femmes après 50 ans, le syndrome du canal carpien commence la nuit, par des « fourmis », dans les trois premiers doigts (pouce, index et majeur), puis un engourdissement et une maladresse de la main, qui, au fil du temps, ne parvient plus correctement à réaliser des tâches du quotidien.

1/ Une attelle et des infiltrations pour diminuer la pression

C’est quoi ? La nuit, le port d’une attelle autour du poignet diminue les fourmillements dans les doigts. Si cela ne suffit pas, une ou deux infiltrations locales de corticoïdes aident à venir à bout de l’œdème situé autour du nerf médian, comprimé dans le canal carpien.

Pourquoi ça marche ? Immobiliser la main empêche le poignet de se plier en dormant, ce qui réduit la pression exercée sur le nerf et soulage les symptômes. Les corticoïdes sont des anti-inflammatoires puissants qui, injectés autour du nerf médian, réduisent la taille de l’œdème créé par l’inflammation. Le nerf retrouve alors un peu d’espace et les fourmillements disparaissent.

Comment ça se passe ? Une attelle standard s’achète en pharmacie. Il faut la garder toute la nuit autour du poignet et de l’avant-bras, durant deux à trois mois. En cas d’infiltration, le rhumatologue ou le chirurgien place une aiguille à l’entrée du canal carpien et injecte les corticoïdes. Il faut attendre trois à sept jours avant que le produit agisse et que les symptômes s’améliorent. Ce traitement procure un soulagement durant

(...) Cliquez ici pour voir la suite