Syndrome de fatigue chronique : quels tests et examens pour le diagnostiquer ?

Unsplash/ bruce mars

Aussi appelé encéphalomyélite myalgique, le syndrome de fatigue chronique est une pathologie invalidante, dont le symptôme principal est une fatigue sévère et persistante. Environ 130 000 à 270 000 personnes seraient concernées par le syndrome de fatigue chronique en France, selon l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). L’origine de ce syndrome est toujours inconnue, ce qui en fait une pathologie complexe à comprendre, à diagnostiquer et à traiter.

L’origine du syndrome de fatigue chronique est toujours inconnue, bien que la recherche à ce sujet se soit intensifiée ces dernières années. Depuis l’apparition dans la littérature scientifique de cette pathologie dans les années 1980, de nombreuses définitions lui ont été attribuées. La définition la plus récente est celle établie par l’Institut de Médecine des États-Unis en 2015. Ces experts ont réalisé un travail de synthèse de toute la documentation disponible, pour mettre au point une liste de critères sur lesquels les médecins pourraient se baser pour établir le diagnostic de syndrome de fatigue chronique. Selon cette liste, il faut que le patient corresponde à ces trois critères :

Pour correspondre aux critères de diagnostic, il faut également que le patient constate au moins une des deux manifestations suivantes :

Certaines définitions de critères évoquent également le besoin de quantifier l’intensité des symptômes. Par exemple, si les symptômes listés ci-dessus ne sont pas présents constamment ou (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite