Syndrome hémolytique et urémique (SHU) : causes, symptômes, diagnostic, risques, traitement

Le syndrome hémolytique et urémique est une maladie qui est d’origine alimentaire. Il s’agit d’ailleurs d’une maladie à déclaration obligatoire dans le cadre des toxi-infections alimentaires collectives. Les bactéries Escherichia coli, aussi appelées E. coli, qui sont à l’origine du syndrome hémolytique et urémique, sont donc hautement surveillées en France. D’après l’Agence nationale de santé publique, 160 enfants sont atteints du syndrome hémolytique et urémique chaque année dans l’Hexagone depuis 1996. Il s’agit d’une maladie qui n’est par conséquent pas fréquente, mais qui peut endommager les reins des malades, surtout chez les plus jeunes, et laisser des séquelles importantes en l’absence de prise en charge adaptée.

Le syndrome hémolytique et urémique est une maladie majoritairement causée par une infection par des bactéries bien particulières, les E. coli. Le mot « hémolytique » signifie que le syndrome se caractérise par une destruction des globules rouges du sang. Les globules rouges ont un rôle majeur dans l’organisme, car ils transportent l’oxygène des poumons vers les tissus, puis le gaz carbonique des tissus vers les poumons. Lorsque leur nombre baisse, une forme d’anémie peut apparaitre. Le mot « urémique » se réfère quant à lui à l’urée, un déchet produit par la dégradation des protéines. L’urée est habituellement éliminée par les reins via les urines. Si une personne souffre du syndrome hémolytique et urémique, ce déchet va venir s’accumuler dans le sang. Cette augmentation (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles