Syndrome des jambes sans repos : symptômes, causes et traitements

Véronique Brenner

Des membres inférieurs qui tressautent, brûlent et démangent au point d'entraver le sommeil… voilà ce qu'endurent les malades souffrant du syndrome des jambes sans repos. Bonne nouvelle, il n'existe pas une mais plusieurs façons de reprendre la main sur ces jambes récalcitrantes.

Ces « impatiences » qui malmènent les jambes de 8,5 % des adultes, dont deux fois plus de femmes que d'hommes, sont un véritable trouble neurologique, à la fois sensoriel et moteur. Baptisé médicalement maladie de Willis-Ekbom, le syndrome des jambes sans repos s'exprime par un besoin impérieux de bouger les membres inférieurs, dès lors que l'on est au repos, allongé ou assis. Tout cela s'accompagne de sensations douloureuses de brûlures, de fourmillements, de démangeaisons et/ou de décharges électriques. Les mollets sont les cibles principales, mais les cuisses et les pieds peuvent aussi être touchés. Ces symptômes se manifestent soit exclusivement le soir ou la nuit, soit également la journée, mais de façon plus discrète, s'aggravant en soirée et la nuit. De fait, ils réveillent ou empêchent de s'endormir et sont donc à l'origine d'insomnies épuisantes, vu que la solution calmante consiste à bouger, à marcher, à pratiquer le vélo d'appartement… « Certains patients sont contraints de se relever au beau milieu de la nuit pour faire les cent pas, quand d'autres ne peuvent pas aller au cinéma sans se lever pendant le film pour déambuler », indique le Dr  Laurène Leclair-Visonneau, neurologue et responsable du centre du sommeil du CHU de Nantes. Un handicap à la hauteur de la fréquence du syndrome, qui, selon les cas, peut survenir chaque jour, de façon hebdomadaire, mensuelle, ou occasionnellement. Après consultation du médecin...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi