Syndrome de Lacomme : quelles sont les causes de cette maladie chez la femme enceinte ?

·2 min de lecture

La grossesse s’accompagne de différents maux. Lorsque l’on est enceinte, il n’est pas rare de souffrir de douleurs cervicales, dorsales, lombaires mais aussi ligamentaires. Les douleurs ligamentaires sont liées à des modifications physiques et biologiques essentiels au maintien de la grossesse. Elles surviennent principalement durant le deuxième ou le troisième trimestre. Si la future maman ressent ce désagrément de manière importante, il est possible qu’elle souffre du syndrome de Lacomme. Ce syndrome a été décrit par Maurice Lacomme, un gynécologue obstétricien, en 1962 et touche environ 20 % des femmes enceintes.

Le syndrome de Lacomme est une maladie souvent classée souvent parmi les troubles mineurs de la grossesse. Il s’agit d’une distension des articulations sacro-iliaques et de la symphyse pubienne, à savoir ceux du bassin, ainsi que d’une atteinte des ligaments et des tendons, ce qui provoque des douleurs. Ce syndrome est parfois confondu avec d’autres maladies donnant l’impression d’une menace d’accouchement prématurée (MAP) ou d’une fausse couche.

Certains facteurs hormonaux et biomécaniques seraient à l’origine du syndrome de Lacomme. Au cours de la grossesse, le ventre grossit et le poids du bébé augmente de façon importante et rapide. Cela déplace le centre de gravité de la femme enceinte vers l’avant. Ce phénomène entraîne une hyperpression et un déséquilibre au niveau du bassin, ce qui causerait des douleurs. La compression de la veine cave inférieure lors de certaines positions prolongées provoquerait aussi des douleurs pelviennes.

Cette maladie serait également associée à un relâchement des ligaments, ce qui engendrerait le relâchement des muscles et des os du bassin. Les hormones pourraient également jouer un rôle dans l’apparition de ce syndrome. La progestérone et la relaxatine, à savoir des hormones qui assouplissent les ligaments et facilitent le passage du bébé dans le bassin, pourraient provoquer cette pathologie. Autre cause possible : des carences. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite