Syndrome de Paris, syndrome de Jérusalem… 4 troubles mentaux liés au voyage

"Choc culturel". Une expression que l’on emploi souvent à tort et à travers lorsque l’on part en voyage. Mais chez certains touristes, ces mots prennent tous leur sens : véritablement bouleversés par l’expérience qu’ils vivent, ils développent des troubles mentaux. Anxiété, perte de contact avec la réalité, bouffées délirantes, hallucinations, dépression… Ces symptômes peuvent alors faire leur apparition.

C’est ce que l’on appelle le "syndrome du voyageur". Ce phénomène peut prendre différentes formes, car certaines destinations sont plus propices que d’autres à l’apparition de ces troubles mentaux. C’est notamment le cas de l’Inde, de Paris, de Jérusalem, mais aussi de Florence.

Ces manifestations étranges peuvent toucher des touristes sans antécédents psychiatriques, comme des voyageurs ayant déjà eu des troubles mentaux. Les symptômes qui y sont associés disparaissent parfois spontanément lorsque les personnes touchées rentrent chez elles.

Le syndrome de Paris

Le syndrome de Paris est un trouble psychologique qui toucherait principalement les touristes japonais, et qui peut survenir lors d’un voyage à Paris. Ce syndrome été identifié par le professeur Hiroaki Ota, psychiatre au centre hospitalier Sainte Anne à Paris, dans les années 80.

Angoisses, agitation, délire de persécution, déambulations… Autant de signes qui peuvent se manifester dans le cadre du syndrome de Paris. A l’origine de ces comportements ? Le décalage entre l’idée que certains touristes se font de Paris et la réalité.

Pour certains voyageurs, Paris est le symbole de la culture européenne. Ils sont attirés par son histoire, sa culture artistique et sa gastronomie. En venant dans la capitale française, ils s’attendent à découvrir le Paris d’antan, représenté par les petites rues charmantes de Montmartre ou encore les Parisiennes à la pointe de la mode.

Confrontés à la barrière de la langue, à certaines incivilités ou plus simplement à la réalité de la ville, loin des clichés d’Amélie Poulain, certains touristes

(...) Cliquez ici pour voir la suite