Syndrome du sapin : attention à cette allergie méconnue qui survient à Noël

À la Saint-Nicolas, quatrième dimanche ou douze jours avant Noël… Si certains suivent les traditions pour choisir le moment parfait pour décorer leur sapin, d’autres ne s’imposent pas de règles et font comme bon leur semble. Dans les deux cas, le sapin prendra place tôt ou tard dans les salons. Ce beau sapin, roi des forêts, fait le bonheur des petits et grands. Pourtant, il abrite de nombreux allergènes qui peuvent déclencher chez certains des réels problèmes respiratoires.

Champignons, moisissures et parasites

Guirlandes et boules vont de pair avec bactéries et champignons. Votre bel arbre de Noël, issu de l’agriculture biologique, regorge d’allergènes. Il comprend du pollen des arbres, divers insectes, des résines, des bactéries et des moisissures. En bref, tout ce que vous ne voulez pas avoir chez vous, surtout si certains membres de votre famille y sont allergiques ou y sont sensibles. Les champignons s’invitent également dans votre salon. Selon une étude publiée dans la revue américaine Annal of Allergy, Asthma and Immunology, menée en 2011 par le Dr Kurlandsky, les chercheurs ont constaté la présence de 53 types de champignons différents sur 28 arbres analysés.

Les sapins issus de l’agriculture biologique sont élevés sans pesticides et produits chimiques. Leurs troncs, leurs branches et leurs épines sont donc colonisés par les bactéries, les champignons et les insectes. Et votre intérieur ne va pas arrêter leur prolifération. En effet, le sapin est un être vivant, il a donc besoin de chaleur et d’humidité. En période hivernale, les familles n’y vont pas de main morte avec le chauffage. Et ils ne sont pas les seuls à en profiter, le sapin en profite aussi. Plus l’arbre de Noël reste dans une pièce chauffée et humide, plus les bactéries, microbes et parasites se répandent.

Des réactions allergiques semblable au rhume des foins

Éternuements, nez qui coule ou bouché, yeux irrités, toux, larmoiement, troubles du sommeil, fatigue, difficultés à respirer… Le syndrome

(...) Cliquez ici pour voir la suite