Syrie : des détenues françaises entament une grève de la faim pour réclamer leur rapatriement

ELLE avec AFP
·1 min de lecture

Ne supportant plus de voir leurs enfants souffrir, plusieurs Françaises emprisonnées en Syrie refusent de s’alimenter et espèrent leur rapatriement en France.

C’est leur ultime recours. Une dizaine de femmes françaises, détenues dans des camps syriens, ont entamé dimanche une grève de la faim « pour protester contre le refus obstiné des autorités françaises d'organiser leur rapatriement et celui de leurs enfants », ont annoncé deux avocats.

Lire aussi >> Enfant du djihad : Lila, sa fille, sa bataille

« Après des années d'attente et aucune perspective de jugement sur place, elles estiment n'avoir plus d'autre choix que de refuser de s'alimenter », relatent dans un communiqué Me Marie Dosé et Me Ludovic Rivière, conseils de certaines d'entre elles.  « Dans des messages audios adressés à leurs proches, ces femmes ont expliqué ne plus supporter de regarder leurs enfants souffrir, vouloir « assumer leur responsabilité » et « être jugées en France pour ce qu'elles ont fait », ajoutent les deux conseils, rappelant que « toutes ces femmes sont sous le coup d'une information judiciaire confiée à un juge antiterroriste français ».

Une dizaine de femmes détenues dans les camps de #Roj au Nord-est syrien ont débuté une grève de la faim ce dimanche 21 février 2021.Communiqué de presse avec @DoseLevy_Avocat pic.twitter.com/QZXypsjxGM

— Ludovic Riviere (@LudovicRiviere_) February 21, 2021

Près de 200 enfants détenus dans des conditions « inhumaines »

Quelque 80 femmes, qui avaient rejoint l'Etat islamique, et 200 enfants sont détenus dans des camps en Syrie gérés par les forces kurdes. Selon le...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi