Télémédecine : tout ce qu'il faut savoir sur cette nouvelle façon de consulter

Alors que 500 000 téléconsultations remboursées étaient attendues pour 2019, seuls 60 000 actes de ce type ont été pris en charge. Preuve qu'il reste encore des freins à cette pratique. L'éclairage du Pr Christian Ghasarossian généraliste et enseignant à l’université de Paris Descartes, et du Dr Alexandre Maisonneuve, généraliste, urgentiste et co-fondateur de Qare.

Quels médecins puis-je consulter et dans quels cas ?

Les généralistes comme les spécialistes de toutes les disciplines sont consultables en ligne, à condition d’être référencés sur une plateforme. La médecine générale représente les deux tiers des téléconsultations, suivie de la pédiatrie, de la gynécologie, de la psychiatrie et de la dermatologie.

Pour quels motifs ? Aussi bien pour renouveler une ordonnance que pour une infection ORL de l'hiver, la prescription et l’interprétation d’un examen, ou encore pour le suivi d'une maladie chronique (diabète, arthrose, hypertension artérielle…). Il est important de le faire toujours en alternance avec des consultations au cabinet.

Bon à savoir : la téléconsultation pour une urgence n'est pas possible. Il faut alors appeler le 15. Et si les résultats d'un examen laissent présager une anomalie inquiétante, mieux vaut privilégier la relation humaine directe au cabinet en cas d'annonce d'une pathologie.

Comment se déroule une téléconsultation ?

Il suffit d’un ordinateur ou d’un simple Smartphone doté d'une caméra pour se connecter à un site ou télécharger une appli (Qare, Doctolib, Medaviz…) afin d’y choisir un médecin et fixer un rendez-vous. Le délai moyen est de quelques heures pour un généraliste et jusqu’à quelques jours pour un spécialiste. Après avoir ouvert un dossier, il ne reste plus qu’à se connecter à l’instant T. La consultation se déroule en vidéoconférence avec un échange entre 15 minutes (médecine générale), et 20 à 30 minutes (spécialiste). Elle repose sur l’interrogatoire, la description des symptômes, la prise éventuelle de la tension si l’on est équipé

(...) Cliquez ici pour voir la suite