"Télématin" : Laurent Bignolas interrompt brutalement le bulletin météo de Nathalie Rihouet

L’équipe de Télématin s’est-elle levée du pied gauche ? Les rumeurs parlent d’une ambiance électrique dans les coulisses de la célèbre émission de France Télévisions… mais sur leur petit écran, les téléspectateurs n’y voient (presque) que du feu. Mardi 7 janvier 2020, les fans du programme ont toutefois pu assister à un léger moment de malaise entre Nathalie Rihouet, qui présentait la météo, et l’animateur Laurent Bignolas. Le second a ainsi coupé la parole de la première, créant un petit instant de gêne. "Je ne sais pas s’il me reste du temps…", demande Nathalie Rihouet après avoir commencé une bonne partie de son bulletin météo. D’un ton plutôt sec, le présentateur répond alors : "Normalement non parce qu'il est bientôt midi, mais allez-y quand même…" Nathalie Rihouet tente ainsi de poursuivre sa chronique mais se fait brutalement interrompre par son collègue : "Voilà, allez merci... On a vu la tendance pour demain, merci beaucoup. Eh oui, journal à suivre", lâche Laurent Bignolas en souriant. L'heure, c'est l'heure !

⋙ Laurent Bignolas évoque son arrivée mouvementée à Télématin

Depuis plusieurs semaines, les chroniqueurs de Télématin, anciens et nouveaux, n'hésitent pas à taper du poing sur la table. Vendredi 4 octobre 2019, Danielle Moreau, qui a travaillé pour l'émission, avait déjà tenté d'expliquer dans Touche pas à mon poste la crise qui touchait les équipes du programme et qui a déjà provoqué le départ d'une dizaine de ses chroniqueurs. Alors que les personnalités présentes autour de la table débattaient sur la situation, Danielle Moreau s'est adressée directement à la Présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte. "Mme Ernotte, ces chroniqueurs sont des gens formidables qui ont tout donné pendant 20 ans pour une émission qui a fait jusqu'à 45% de part de marché. Il est normal de vouloir faire des économies mais ils méritaient qu'on leur explique, qu'on leur parle", avait-elle déclaré. "Au lieu de ça, ils ont reçu une lettre de trois lignes leur proposant

(...) Cliquez ici pour voir la suite