Le téléphone de Delphine Jubillar connecté : l’explication d’un expert informatique

·2 min de lecture

Depuis maintenant plus de deux mois, la France entière se demande ce qui a bien pu arriver à Delphine Jubillar. Cette infirmière et mère de famille, âgée de 33 ans, a quitté son domicile de Cagnac-les-Mines (Tarn) dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020. Et depuis, elle n’a pas donné signe de vie. Des fouilles et battues ont été organisées, des appels à témoins ont été lancés, et des suspects potentiels ont été auditionnés. Pourtant, l’enquête n’a toujours pas abouti à des résultats. Au contraire, il semblerait que chaque nouvel élément apporte des interrogations supplémentaires. Son mari Cédric Jubillar, avec qui elle était en instance de divorce, serait-il impliqué d’une quelconque manière ? Pourquoi a-t-il envoyé un texto à une voisine à 4 heures du matin, le soir de la disparition ? Qui est donc cet amant et “confident” avec qui Delphine Jubillar entretenait une relation en ligne ? Qui est ce troisième homme qui intéresse les enquêteurs ? Pourquoi l’hypothèse d’un voisin “pressant” est-elle avancée ? Tant de questions auxquelles les Français, et surtout les proches de la jeune femme disparue, espèrent trouver des réponses.

Mais l’un des plus grands mystères de cette affaire reste aussi l’activité informatique de Delphine Jubillar. Car depuis sa disparition, d’étranges phénomènes (encore inexpliqués) se sont produits. Le mercredi 13 janvier 2021, un message troublant a été envoyé à ses amis depuis son compte Facebook. Et un mois plus tard, mardi 9 février 2021, son téléphone portable s’est réactivé brièvement, le temps de quelques heures. En pratique, la carte SIM s’allume et se connecte à une antenne, qui permet ainsi de géolocaliser l’appareil au plus vite. Mais les moindres éléments de l’enquête sont tenus secrets. Impossible donc de savoir si une piste est avancée concernant ces mystérieuses connexions. Certains estiment qu’il s’agit d’un hacking, d’autres pensent qu’il s’agit probablement de l’œuvre de la police. Daniel Mouly, expert en informatique auprès de la (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite