Témoignage : une avocate raconte le calvaire de sa cliente, droguée par son mari et violée en réunion

·1 min de lecture

Neuf personnes ont été arrêtées mardi dans une vaste affaire de viol. Un homme est soupçonné d'avoir drogué sa femme pendant des années pour la violer avec d'autres partenaires. Son avocate raconte son calvaire dans une vidéo Brut. 

C’est une découverte effroyable qu’a fait Marie au commissariat. Cette retraitée apprend, au cours d’une audition de son époux arrêté un peu plus tôt, qu’il l’aurait drogué et livré à d’autres hommes pendant son sommeil, dans le lit conjugal. Ces agressions auraient lieu depuis « très longtemps », soutient son avocate, dans un témoignage bouleversant pour Brut.  

Sur les photos montrées par les gendarmes, elle constate qu’elle est inconsciente. « Elle me dit : “mais en fait, je suis une morte” », poursuit l’avocate. Dans cette affaire, neuf personnes ont été arrêtées mardi dans le sud de la France.  

Lire aussi >> C'est mon histoire : « J'ai mis des mois à admettre que j'avais été violée » 

« Des moments d’absences »  

Marie pensait avoir « des absences », des moments d’égarements, sans jamais pouvoir les expliquer. « Ses enfants avaient attiré son attention sur le fait que parfois elle les avait au téléphone et elle tenait des propos incohérents. Il faut dire qu’il est certain que ce qu’elle a appris, c’est du registre de l’impensable », raconte avec colère son avocate.  

Lire aussi >> Le prix du viol : le terrible parcours de l'indemnisation 

Avec son témoignage, l’avocate souhaite prévenir du danger des agressions sexuelles par soumission chimique, loin du cliché du « GHB dans le verre en boîte de nuit ». « Cette soumission chimique touche absolument tous les milieux socioprofessionnels, touche...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles