Témoignage : "Chacun de nous peut changer le monde"

Sarah Durieux, 35 ans, est directrice de Change.org France. En 2012, elle est contactée par les fondateurs de la seule plateforme ouverte de pétitions en ligne pour participer au lancement de la branche française, dont elle prend la direction. "Notre mission est de créer un monde dans lequel les gens se sentent maîtres de leur destin et légitimes pour s’exprimer sur une cause qui lui tient à coeur sans pour cela adhérer à un parti politique ou à une idéologie", résume Sarah.

"Une lignée de femmes indépendantes"

"L’influence des femmes de ma famille sur mon engagement est évidente. Ma mère et ma grand-mère ont évolué dans une société qui leur disait qu'elles ne pouvaient pas être indépendantes. Mais elles ont dépassé ces limites et ont pris leur envol. Ma grand-mère a ouvert une agence immobilière. Les épreuves ont forgé sa personnalité et sa solidarité envers les femmes. Elle a travaillé sur le droit à l'IVG et à l'alphabétisation de certaines d'entre elles. Leur exemple m'a aidé à envisager que je pouvais, moi aussi, être qui je voulais être.

"J'ai toujours eu besoin de m'engager"

Etre indépendante, travailler, j’en rêvais, avec un besoin d'engagement très fort. Mais je ne savais pas précisément quoi faire ni comment m'y prendre. J’ai étudié la communication par défaut, jusqu’à ce qu’un prof génial de sociologie des médias me permette de comprendre que c’était un outil formidable à mettre au service de causes qui me tenaient à coeur. Je suis donc orientée vers la communication politique, tout en espérant bosser pour une organisation apolitique qui agissait pour la protection de l'environnement. J’ai voyagé en Australie et en Nouvelle Zélande où j’ai constaté ce que je savais en théorie : la nature sublime est grignotée par l’agriculture intensive. Après une mission au WWF et faute de trouver le job qui me permettrait de joindre l'idéal à l'action, je suis entrée dans une agence de communication.

"J'avais 20 ans et je ne me sentais pas à ma place"

J'ai atterri dans le pôle

(...) Cliquez ici pour voir la suite