Témoignage : le combat d’une mère pour sortir sa fille de la prostitution

·1 min de lecture

Jennifer Pailhé, présidente de l’association Nos ados oubliés, raconte comment elle a sauvé son adolescente. Désormais, elle aide d’autres parents confrontés à la même situation. 

Assia a 13 ans quand elle commence à se prostituer, poussée par son petit copain de l’époque. Elle fugue, dort à l’hôtel. Peu à peu, c’est elle qui assume toutes les dépenses du couple, sous la coupe de son proxénète. Jennifer Pailhé, sa mère, assiste impuissante au piège dans lequel sa fille est tombée. Mais elle décide d’agir. « Je me fais passer pour un client. Je la contacte, je reçois ses messages de propositions, de pratiques », explique-t-elle à Brut. Pendant deux ans, elle suivra à la traque sa fille, afin de l’aider à sortir de cet engrenage. Pour Brut., cette Toulousaine de 33 ans raconte, avec émotions, son combat.  

Lire aussi >> Prostitution des mineurs : « Je me suis autodétruite » 

Aujourd'hui, la jeune femme préside l’association Nos ados oubliés, pour aider les parents qui seraient confrontés à la même situation. « Pour sauver Assia, c’était une montagne », se souvient-elle.  

Début juillet, un rapport a été remis à Adrien Taquet, secrétaire d'Etat chargé de l'enfance et des familles. La prostitution des mineurs concernerait de 7 000 à 10 000 adolescents selon les associations, une fourchette « approximative » et « peut-être en deçà de la réalité », note le rapport.  

Les auteurs du plaident pour la création de structures d'hébergement spécialisées, afin d'éviter que les jeunes filles secourues ne soient contraintes de « passer plusieurs nuits en foyer d'urgence ou en hôtel », où leurs...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles